• Fifty....

    Fifty....

    D'aussi loin que je me souvienne, les dizaines ont été importantes pour moi. Elles étaient un cap, un passage, attendues avec impatience ou pas...

    La petite fille que j'étais a attendu ses 10 ans avec une impatience presque indécente. Elle pensait qu'elle rentrerait dans la catégorie des "grands". 10 ans de vie, presque une éternité quand on est une petite fille. La jeune fille que je devenais a fait une exception pour ses 15 ans. En passant le cap des 15 ans, j'entrais dans le clan des "presque femmes" et je sortais de celui des "plus tout à fait petite fille" (Ouais ricane toi au fond, je te parle des années 70, à 12 ans on jouait encore à la poupée, on habillait nos Barbies et on faisait le tour du monde en ballon avec Jules).

    L'année de mes 20 ans, je passais mon bac sans enthousiasme et comme attendu, je le ratais. J'avais fait tout ce qu'il fallait pour, j'entrais dans la vie active en distribuant des journaux dans les boites aux lettres, je gagnais ma première paye et faisais mon premier chèque (je m'en souviens encore, c'était pour le cadeau de Noël de ma Maman!)

    L'année de mes 30 ans, j'accouchais de ma fille. Je devenais Maman pour la première fois. Je découvrais ce petit miracle sans arriver à croire qu'il venait de moi. Pour elle, j'osais postuler dans mon entreprise à un poste que je ne connaissais pas mais qui me permettrais d'avoir des horaires plus adaptés à une vie de famille avec des bouts d'enfants dedans. Et ce poste, je l'obtenais. A 30 ans, je découvrais que j'étais non seulement capable de donner la vie mais que je pouvais faire des merveilles avec mes mains, je découvrais que j'étais créative et que si je n'avais pas l'assurance, j'avais les capacités et l'imagination nécessaire.

    A 40 ans, je passais ma dizaine avec désespoir. L'année précédente j'avais décidé que mon âge s'arrêterait à 39 ans et que au lieu d'avancer en âge, je reculerais tout les ans. Mes enfants grandissaient, je voyais le temps qui me filait entre les doigts, j'étais devenue mère au foyer puis assistante maternelle. J'avais quitté le poste qui me plaisait pour suivre mon mari dans son nouveau job. L'année pendant laquelle j'ai porté mes 40 ans, j'ai déménagé, j'ai quitté la Normandie pour la Savoie et j'ai découvert la danse orientale. Pour un temps, j'ai commencé à me réconcilier avec mon corps, j'ai découvert qu'il pouvait être beau malgré les couches successives de gras qui le recouvrait de plus en plus. 

    Vers 45 ans, je me suis rendue compte que j'avançais inexorablement vers la dizaine suivante, qu'aucun retour en arrière n'était possible et que le demi-siècle se profilait doucement.

    A 49 ans, un vent de panique a soufflé entre mes oreilles... il ne me restait qu'une année avant la dizaine fatidique, je basculerais ensuite du coté obscur de la force. La seule chose positive que je voyais c'est qu'enfin, je quitterais la catégorie des "ménagères de moins de 50 ans" dans laquelle les médias m'avaient poussé de force alors que rien de ce qui lui est attribuée ne me correspond....

    Et puis 2013 est arrivée... J'avais vécu 2012 comme un enfer et j'attendais de 2013 un renouveau, un souffle d'air pur qui ferait que je passerais ma dizaine en sautillant. Il n'en n'a rien été... L'année 2013 a été une des pires années de ma vie à bien des points de vue, avec en apogée, la perte de celui qui avait été présent depuis le début, qui m'avait accompagnée toute ma vie, de près ou de loin. Celui qui avait essuyé mes larmes, qui m'avait fait rire et sourire, qui m'avait consolée quand j'avais mal, qui m'avait punie aussi parfois. Celui qui avait chassé les fantômes dans la cave, qui m'avait emmené voir mon premier film au cinéma, avec qui j'avais fait des oiseaux-lunes et de marionnettes en bout de ficelles, celui que j'ai accompagné pendant ses stages, la petite au milieu des grands, buvant ses paroles et apprenant à voir et à capturer avec une boite à image. Celui dont la perte à fait un trou dans mon coeur et qui reste présent tout les jours dans mes pensées, à mes cotés. 

    Et puis, au milieu de ce marasme, de toute cette peine et ce désespoir, 2013 a été aussi l'année pendant laquelle j'ai rencontré et découvert ma communauté. Des femmes merveilleuses, fortes... Des femmes qui se soutiennent quand l'une s'effondre, qui enseignent les unes aux autres, qui sont là... toujours là. Ma Mentore, Namibi qui est là, toujours... pour me pousser ou me consoler, pour me tirer les couettes quand je traîne un peu les pieds, qui me fait aller de l'avant. Ma petite soeurcière, Ysha avec qui j'ai partagé tant de choses, Târâ et Xella qui dans l'ombre, discrètement font en sorte que les choses aillent où elles sont sensées aller, avec douceur et bonne humeur. Camille, la jolie Camille, généreuse, disponible, malicieuse... Brume, Luna, Aurore, Elémia, Célia, Chel'ka, Julie... et toutes les autres. Avec elles et à travers elles j'ai entamé un voyage, ce sont mes compagnes sur le chemin, nous avançons ensemble chacune à notre rythme, les plus avancées guidant les moins avancées. Avec elles, j'ai découvert tant de choses, ressorties tellement de casseroles enfouies que j'ai dépoussiérées soigneusement, fait ressurgir la petite Moi qui m'a rappelé tellement de choses oubliées et pourtant tellement essentielles, des choses dont j'ai pu tirer les leçons et qui m'emmènent encore plus avant... Douloureuses parfois mais toujours fructifiantes. 

    L'année qui se conclue par mes 50 ans a été riche. De peines, de douleurs, de pleurs, d'émotions, de sororité, d'amitiés, de découvertes. J'ai découvert que moi même j'étais riche... riche de ceux que j'aime, de ma famille... Ma Maman, mon mari et nos enfants ma soeur, mon frère, mes nièces et mes neveux. Riche de ma soeur de coeur, Pascale, qui est là, à coté de moi alors que tant de kilomètres nous séparent. Riche de Celui qui n'est plus mais qui est encore et qui me chuchote à l'oreille de temps en temps. Riche de mes amies, si peu nombreuses mais tellement présentes. Riche de ce que je reçois tout les jours et que j'accueille avec gratitude. Riche de Celle que j'honore et remercie tout les jours, de Celle qui m'ouvre le chemin...

    Riche de tout ce qui fait que j'aborde ces 50 années avec une sérénité dont je ne me serais jamais crue capable il y a un an. Riche du regard que je porte sur celle que j'ai été et toutes ces années passées avec bienveillance et gratitude pour les enseignements qu'elles m'apportent maintenant, avec le recul et l'expérience qui en découle.

    Ces 50 ans, je les ai redoutés... Aujourd'hui, ils sont là et je leur ouvre grand la porte, je les accueille et nous allons vivre ensemble une belle relation.

    Fifty.... 

    « Un papillon, aux yeux marrons...Baleines Stellaires »

  • Commentaires

    1
    Mardi 3 Décembre 2013 à 21:23
    La Bastidane

    Tu as mieux vécu tes 50 ans que moi, peut être parce que tu es bien plus sage. Bon anniversaire ma belle, que la vie t'apporte encore et toujours ces merveilleux petits bonheurs que tu sais reconnaître et qui font qu'elles vaut la peine d'être vécue. Et puis de toi à moi, tes 50 ans tu ne les fais pas, je t'embrasse.

    2
    bonbon le bonbon
    Mardi 3 Décembre 2013 à 22:17
    Encore bon anniv Ma belle, très riche d émotion cette esquisse de la Cinquantaine... Bisous.rdv dans 10 ans... :-!
    3
    Mercredi 4 Décembre 2013 à 00:11

    Merci les filles, je vous adore 

    Je ne crois pas être plus sage que toi Nathalie. Si j'avais eu 50 ans le mois dernier, je n'aurais sans doute pas réagi ainsi, il s'est passé tant de choses en novembre qui m'ont fait voir les choses de cette façon. J'en ai eu peur toute l'année de cette date (bon j'exagère un poil mais pas loin) et finalement ces dernières semaines m'ont tellement apportées que la peur s'est envolée, il ne me reste que la sérénité et la certitude de savoir ce que je ne veux plus ou ce que je veux pour moi.... J'ai eu de l'aide pour me rendre compte de ça, ce n'est pas venu seul mais voilà quoi. Je te fais des rhobisous en tout cas, Mamzelle Zaza, Princesse des Petits Riens <3

    4
    petite planete
    Mercredi 11 Décembre 2013 à 02:54

    Ohhhh ! Bon anniversaire avec une semaine de retard !  


    Magnifique, cette belle philosophie !


    Bonne continuation et à bientôt


    Très amicalement,


    PP

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :