• La semaine dernière, c'était la révolution dans ma ville...

    2 manifestations d'un coup (faisez gaffe les gars, on va s'habituer à avoir une ville qui bouge et on va devenir exigeants!), la première c'était le forum de la saisonnalité (pour si tu cherche à travailler comme saisonnier dans les stations alentours) et Le Grand Bivouac, festival du voyage aventure avec plein de films, de conférences et de gens dedans.

    Quasiment en même temps, j'ai eu l'idée de vider ma boataspam et j'ai trouvé dedans des demandes d'hébergements envoyées par le biais du site couchsurfing

    Couchsurfing...

    Alors couchsurfing, tu va me dire "késsénékessa?" et je vais te répondre que si je traduis littéralement, c'est du "surf sur canapé" et ça va pas t'avancer plus loin que ça.

    Alors je vais t'expliquer un peu mieux. Tu est un voyageur, tu a à faire quelque part loiiiiiin de chez toi, t'a pas trop de sous pour un hôtel ou t'a pas envie de te retrouver tout seul dans une bête chambre le soir, tu va sur le site dédié (le lien est plus haut), tu t'inscris, tu tape le nom de la ville où tu va et hop, tu a tout les inscrits du site qui habitent cette ville (ça va, tu suis?), et là tu leur envoie une petite demande genre "Bonjour, j'arrive dans ta ville pour le festival de la plus grosse citrouille à vapeur, est ce que tu aurais une petite place pour que je dorme sur ton canapé steplémerci" (tu peux développer ta demande hein mais en gros c'est ça. Et de l'autre coté, la personne qui reçoit la demande peut te dire "ben non, ce vikende j'ai une course d'aqua-poney, je ne serais pas chez moi" ou "Owiiii, je serais ravie de t'accueillir sur mon canapé et d'échanger sur la citrouille à vapeur et son avenir dans le monde" et hop, t'est logé chez l'habitant. (si t'est pas voyageur, tu est accueillant, tu reçois le mail et tu réponds, je te la refait pas, t'a compris le principe!)

    En vrai, je ne me souvenais même pas de ce site mais quand j'ai vu les demandes dans mes spams, ma curiosité à été piquée (aïeuh!), je me suis connectée à mon compte que j'avais créé un jour surement par curiosité, j'ai regardé les profils des demandeurs, je me suis gratouillé la peau de la tête et je me suis dis "allez, on tente" et donc j'ai répondu que "oui, ça me ferais très plaisir de le loger et qu'on discuterais citrouille à vapeur jusqu'au bout de la nuit"

    Mes premières surfeuses étaient des jeunes canadiennes de 18 ans qui font un petit tour en Europe et qui voudraient bien se faire un peu des sous cet hiver. Elles venaient pour le forum de la saisonnalité. Elles sont arrivées avec leur sac à dos dans l'après-midi, je les ai installées dans la chambre de ma fille et nous avons fais connaissances autour d'une tasse de thé. Et c'était chouette... Elles m'ont racontés leur voyage, leur projet, on a parlé de tout et de rien, on a mangées ensemble autour d'un plat chaud et elles sont allés se coucher. Le lendemain, nous sommes parties en même temps, elles ont fait leur vie dans la journée, j'ai fais la mienne et elles sont rentrées le soir avec de quoi se faire à manger.... On avait juste prévu une tartiflette. Du coup, elles ont utilisé ce qu'elles avaient ramenés pour leur repas du midi du lendemain. On a passé une bonne soirée, et le lendemain matin, elles sont reparties vers l'Allemagne. Moi, j'ai changé les draps du lits parce que le Grand Bivouac arrivant, j'avais 2 autres surfeurs qui arrivaient... Une exposante que j'ai peu vu puisqu'elle était sur le site toute la journée jusqu'à tard mais avec qui j'ai eu un bon contact et avec laquelle j'ai pas mal discuté et un jeune homme, le French Reporter qui espère revenir en tant qu'invité dans quelques années. Il est arrivé dans l'après-midi poser son sac, parti sur le Bivouac, on s'y est retrouvé pour boire un pot au troquet du coin tout en discutant, il m'a raconté ses projets, ce qu'il faisait, ce qu'il rêvait de faire, un jeune homme très enthousiaste. On s'est retrouvé le soir pour partager une bonne platée de pâtes bolognaises à la maison tout en devisant.... Et c'était chouette aussi yes

    Bref, 4 surfeurs en 5 jours, de beaux échanges, de belles découvertes, des gens sympas et agréables, ouvert.... que du positif pour moi en tout cas et pour eux j'espère. (j'ai eu de bon retour sur le site donc j'imagine que mon accueil leur a convenu)

    En conclusion, je dirais que le couchsurfing, c'est bien, c'est bon mangez en....

    Couchsurfing...

    (ouais je sais, les photos n'ont rien à voir, je les ai prises le Bivouac, j'aurais bien piqué les tissus tellement ils étaient beaux bad )


    votre commentaire
  • Avec les beaux jours revenus, on tambouille pour conserver une trace des trésors végétaux de l'année...

    Tambouilles d'été...

    On a commencé il y a 2/3 semaines avec les sirops de sapin et d'épicéa (non c'est pas pareil, tu redemande pas sinon je te jette à l'Homme!!!)

    L'épicéa est un peu moins cuit, du coup il est plus clair et il est moins fort en goût. On les a déjà testé l'un comme l'autre en 'tit punch savoyard et il parait que c'est bon (moi dès qu'il y a de l'alcool, je passe mon tour)

    Tambouilles d'été...

    L'Homme est allé récolter des fleurs de bouillon blanc hier et je les ai mises à infuser pour 24h ce matin. Un sirop de plus, bon pour la toux (la recette est ici au cazou...)

    Tambouilles d'été...

    Comme l'année dernière, quelques macérats huileux... macèrent...

    Les roses de ma Maman, toute ma lavande (et d'autre aussi parce que je n'en n'avais pas assez) et 4 fèves de tonka trempent depuis quelques semaines dans de l'huile de pépin de raisin. J'ai encore 4 fèves de tonka que je mettrais dans de la caprilys (pas plus parce que ça coûte un rein et la moitié d'un bras ces petites choses qui sentent bon).

    Tambouilles d'été...

    Et parce que les tambouilles d'été, c'est pas juste des choses qui sentent bon et/ou se mangent.... un seau de purin d'ortie qui pue fini de macérer. On évite de trop s'approcher parce qu'il y a risque d'asphyxie mais il va bien falloir. Il est prêt, je vais pouvoir partir à la chasse aux pucerons, ces gueux qui ont envahis mes jolis plants de bourraches et de brèdes mafanes. Montée sur mon blanc destrier, armée de mon vaporisateur en acier targaryen auquel rien ni personne ne résiste, je vais bouter ces viles petites bêtes hors de mon carré de verdure....

    En fait, je suis une héroïne qui sauve la bourrache et la brède des envahisseurs et sur mon blanc destrier, je suis une chevalière.


    2 commentaires
  • Et on l'accueille en musique....

    Comme tout les ans en fait.... yes


    votre commentaire
  • Je crois que quand tu est enfant, un des meilleurs moments de la journée c'est celui de l'histoire du soir... Celle qui te fait glisser doucement dans les bras de Morphée.

    Je pense que c'est autant un plaisir pour l'enfant que pour le parent, en tout cas, j'ai de supers souvenirs du racontage d'histoire du soir avec mes enfants à moi ^^

    Je ne sais plus si il le faisait tout les soirs ou pas, mais je me souviens un peu de l'histoire du soir... J'ai le souvenir de mon Père assis sur mon lit à coté de moi sous les draps et son poids serrait les draps et j'aimais bien.

    Je me souviens d'histoires courtes.... c'est l'histoire d'un petit nuage qui dit à sa maman "j'voudrais une petite bise" ou c'est l'histoire du vilain petit chameau auquel sa maman disait "puisque c'est comme ça tu sera privé de désert".... Elles devraient être plus longues en fait mais je ne me souviens que de ça.... C'est bizarre la mémoire n'est ce pas?

    Et il y avait l'histoire du petit poisson qui voulait voir le monde et qui s'échappait de son bocal dans les canalisations.... Je crois qu'il n'est pas allé très loin ce petit poisson mais c'était ma préférée... 

    Quand il avait fini, le bisou puis il éteignait la lumière en disant "bonne nuit" et "le marchand de sable va passer" et rejoignait ma Mère dans le salon.

    Il n'y avait pas que l'histoire du soir que mon Père racontait, il commençait toujours ses stages en lisant des passages de livres qu'il aimait.... Borgès parfois et puis souvent... le plus souvent, Lewis Carroll.... "La Chasse au Snark" qu'il connaissait par cœur. Tellement étonnante et biscornue... L'Homme à la Cloche est un souvenir étrange mais un bon souvenir. J'ai un exemplaire chez moi, je crois qu'on a toujours eu un exemplaire de ce livre à la maison... qu'il soit en anglais ou en français... ou les 2 parce qu'il est souvent publié dans les 2 langues...

    Mon Père.... ce raconteur d'histoires...


    votre commentaire
  • Il y a 10 ans, à cette même date exactement, j'emballais ma maison pour quitter la Normandie et comme tout les habitants de Bayeux, je commémorais le débarquement avec beaucoup d'émotions. 

    La guerre, la vie pendant cette période, les combats, le débarquement, la libération... on l'apprend dans les livres d'histoires mais ça reste flou. Quand tu vis sur un lieu de mémoire, les choses deviennent plus tangibles, tu les touche du doigt et plus jamais tu ne les regarde comme avant. 

    Parce que tu a vu les lieux de mémoires intacts, les champs de croix blanches et les plages sur lesquelles planent les souvenirs, tu as vu les vétérans revenir, se recueillir et pleurer sur le souvenir de ces journées terribles, tu as écouté les récits des témoins et tu en a encore les images en têtes.

    Quand nous sommes arrivés en Normandie, il y a presque 20 ans, nous avons visités tout ces lieux et je me souviens d'une histoire que m'a raconté mon mari. Je n'étais pas encore arrivée et il découvrait la pointe du Hoc. Un vétéran français racontait sa guerre à ses petits-enfants et expliquait comment ils avaient du déloger les allemands réfugiés dans les bunkers., au lance-flamme... Il racontait les cris des hommes brûlés vifs, les fumées et les odeurs qui sortaient par les conduits de ventilations, il racontait l'horreur qu'il avait vécu, avec ses mots, ses souvenirs et ses larmes.

    Aujourd'hui, ça fait 70 ans....

    Et je pense à tout ces jeunes gens qui se sont lancés dans une bataille.... un champ de massacre... Certains se sont noyés avant d'arriver sur les plages, d'autres n'ont pas fait 10 mètres et d'autres ont survécus et certains sont encore là pour maintenir la mémoire vivante...

    Mais pour combien de temps?

    J'ai perdu mes photos du 60ème anniversaire dans un crash de pc, j'ai donc scanné celles que j'ai et qui date de 1995, la pointe du Hoc, lieu de mémoire si il en est, petit bout de terre offert aux Etats-Unis.

    Il y a 70 ans... Never forget....

    Si les bunkers sont en ruines...

    Il y a 70 ans... Never forget....

    Les trous d'obus sont toujours présents....

    Il y a 70 ans... Never forget....

    Tenter d'imaginer la violence des combats....

     Il y a 70 ans... Never forget....

    Entrer à l'intérieur et se confronter aux souvenirs...

    Il y a 70 ans... Never forget....

    L'Histoire est gravée dans le métal....

    Il y a 70 ans... Never forget....

    Les noms sont gravés dans le métal...

    Il y a 70 ans... Never forget....

    Bien alignées, les morts semblent nous demander de ne jamais les oublier...

    De ne jamais oublier qu'ils se sont sacrifiés...

    Il y a 70 ans... Never forget....

    Et que si nos enfants peuvent jouer sur les plages, parfaitement nettoyées de toutes traces de combats, 70 ans après... 

    Si ils peuvent regarder vers l'avenir dans un pays de liberté...

    C'est aussi grâce à eux, à leurs sacrifices...

    Never Forget...


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique