• Ma vie de grosse...

    Bon, le truc là c'est que je suis scotchée par le nombre de visites que mon billet sur les bourrelets à suscité (mes compteurs ont explosés, j'ai jamais vu ça!), les commentaires ici ou sur FB, chez les copines qui ont partagés toussa...

    Et du coup, pendant que je m'occupais de moi même ce matin, j'ai eu envie de compléter un peu tout ça en expliquant que "oui mes trente douze kilos avec je ne les supporte pas, qu'ils me font souffrir de pleins de façons différentes mais que je me soigne...".

    Pour la plupart des gens, être grosse c'est pas une fatalité, c'est le signe d'une grande paresse (pas d'exercice), d'un péché capital (la goinfrerie... si t'est gros, t'a qu'à pas manger épissétou) et t'ayant étiquetée grosse, paresseuse et goulaf, ils ne vont pas chercher ailleurs... pourtant il devrait parce que il y a à chercher... Si si... j't'assure!

    D'une, on ne choisit pas d'être grosse, c'est un très long travail qui peut remonter très loin, à l'enfance, à l'adolescence... bref du temps où tu te construisais brique par brique et image par image. Moi par exemple (oui, je vais ENCORE te parler de moi, en fait je suis l'exemple en matière de grosse que je connais le mieux), quand j'étais enfant, je n'étais pas grosse du tout, un petit fil de fer à peine recuit et quand la petite fille que j'étais à commencer à se changer en jeune fille, elle a eu très tôt le corps d'une femme, avec des hanches, une taille et des seins... mais elle n'était toujours pas grosse... ni même dodue... elle était même sacrément bien foutue (si!!! j'ai des preuves!). Ses p'tits cuissots ont, je pense, commencé à s'épaissir vers 14/15 ans en même temps que ses seins et sa taille mais rien de dramatique, elle n'était pas grosse...

    Sauf que...

    Elle a grandi dans les années 70 (qui n'étaient pas pire que les années 2000 hein), que l'ombre de Twiggy planait encore au dessus des têtes de mode, que la révolution sexuelle était passée par là, les féministes avaient brulés leur soutif et n'en portait plus, que ce soit sous leur vêtement ou sur la plage, que le monokini était une pratique courante pendant les vacances (et que cette ado là le pratiquait assidûment!) , bref une époque où on n'avait pas peur de montrer son corps bronzé et coup de soleillé (ou pas d'ailleurs). C'était aussi une époque où on portait des pantalons tellement hyper super moulants qu'il fallait se coucher pour remonter le zip mais que tout ça, tu ne le trouvais pas en grande taille parce que le concept même de grande taille n'existait pas... tu étais jeune, tu étais mince, si tu ne l'étais pas tu t'habillais comme ta grand-mère et si tu avais du balconnet tu mettais le soutif de ta grand-mère... Et dans les années 70, avoir du balconnet c'était pas faire un bonnet D ou E, mais un bonnet C... En fait, dans les grandes surfaces naissantes, tu ne trouvais pas de bonnet C, il fallait aller en lingerie... Qui n'a jamais vécu le cauchemar d'une ado arrivant dans une lingerie dans les années 70 n'a rien vécu... 

    "Uuuuuuuuuh! mais c'est celui là de soutien gorge que tu veux? ah non non non non non, là dedans jamais tu rentre... même avec un chausse-pieds... non non, Madame, pour votre fille, il faut prendre celui là... ah oui, il n'existe qu'en couleur chair, oui il dépasse un peu du décolleté mais il faut tenir tout ça n'est ce pas?" 

    Et tu repartais la boule dans la gorge avec un "coeur croisé de plaitex" (ou un de ses petits frères) qu'en matière de mocheté tu fais pas mieux, tout en pensant à tes copines qui, ELLES n'avaient pas besoin de 'tenir tout ça" et portait au pire un petit truc tout mimi et au mieux rien du tout.

    Tu rajoute les plaisanteries salaces des types qui voient une ado avec un balconnet un peu plus généreux que les autres, les moqueries des filles et garçons de ton âge et tu commence à t'expliquer comment se forment les complexes. Tu rajoute une dose de "pas sure de soi du tout", une dose de "je me trouve trop moche" et une dose de "personne ne m'aime" ... tu peux commencer à déprimer et plus si affinités...

    Et c'est là qu'on arrive à "le rapport à la nourriture"... T'a plein de façon de te pourrir la vie quand tu déprime, plein de façon de te prouver que "j'en vaux pas la peine, laisser moi crever dans mon coin"... t'a la drogue, l'alcool, la clope (ça te permet de te fondre dans la masse en paraissant super hyper cool) et t'a... la bouffe, la nourriture, le miam, bref tout ce qui ce mange. Bon la drogue, ça me disait rien, l'alcool... bof, pas plus, la clope, j'ai essayé pour faire comme les copines (et pour jouer à cache cache avec mes parents aussi) et puis un jour, j'ai tout jeté et je n'y ai jamais retouché... Bref me restait le frigo et son contenu qui sont rapidement devenus mes meilleurs amis... on ne se quittait plus... je vidais le frigo et je remplissais le vide de ma vie. J'ai commencé à grossir mais pas tant que ça finalement mais malgré tout, on a commencé à me "traiter" de grosse, de baleine et j'ai commencé à le croire. Et moi quand je crois quelque chose, je fais ce qu'il faut pour que ça devienne vrai (pas tout hein, juste ce qui n'est pas bon pour moi...) Bref, j'ai considéré mon corps comme un sac que je devais remplir encore et encore jusqu'à ce qu'il soit plein, j'ai grossi, j'ai fais des régimes, j'ai maigris, j'ai repris avec des kilos en plus, j'ai re-rempli, j'ai refais des régimes, j'ai regrossi... tu vois le serpent qui se mord la queue? et ben pareil.

    Et en vrai, quand je revois les photos de l'époque maintenant, je me rends compte que je n'étais pas grosse. Je veux dire, je m'habillais en 38 et je faisais entre 55 et 58 kg. Je pensais que je devais en perdre au moins 10 pour être bien et je n'y arrivais pas... évidemment!  Ou alors, il aurait fallu que je m'affame..

    Les années sont passées, j'ai trouvé du travail, j'ai continué à yoyoter au niveau du poids, alternant régime et remplissage, sport intensif et rien du tout, j'ai travaillé, j'ai eu ma fille, je me suis marié... et j'ai démissionné pour suivre mon mari en Normandie... Et là je suis devenue "femme au foyer, ménagère de moins de 50 ans" et j'ai commencé à grossir pour de vrai... En fait j'ai pris 30 kilos en 9 ans et je ne les ai jamais perdu. Rien n'y a fait, weight watcher m'a fait grossir un peu plus, mon médecin s'est arraché le peu de cheveux qui lui restait, j'ai grossi doucement mais surement et maintenant au bout de 19 ans de "femme au foyer/assistante maternelle à son domicile", j'en suis à peu près à 40 kg de plus (étalés sur 19 ans), ce qui explique mes trente douze kilos de trop.

    Mais j'me soigne, j'ai dis... 

    Doucement hein, faut pas pousser non plus... Je ne fais plus de régimes, je sais maintenant que les régimes c'est le mal absolu quand tu a trop de poids, j'essaie de manger quand j'ai faim et si je n'ai pas faim et ben je ne mange pas... enfin j'essaie parce que si j'ai moins de compulsions (tu sais le truc qui te dis régliiiiiisse et que tu ne peux plus penser à rien d'autre tant que tu n'a pas vidé le paquet que tu est parti cherché en urgence!), si j'ai moins de compulsions disais je, elles sont encore là et de temps en temps, moi et moi avons une grande discussion entre nous pour savoir si oui ou non il faut aller chercher un paquet de réglisse ou pas... en général c'est moi qui gagne mais parfois et ben c'est moi!

    Je me réconcilie doucement avec mon corps, la danse orientale m'avait bien aidé mais comme je n'en fais plus... ben ça ne m'aide plus... J'aime pas mes kilos, j'aime pas mon ventre, mes seins, mes cuisses, mes fesses, mes bras mais je ne les ignore plus. Je les regarde, je les tatouille, je les insulte parfois et d'autre fois je leur dis des mots doux. J'essaye de réunir ces 2 entités que sont d'une part mon corps et d'autre part... moi... Je nous ai toujours vu séparés et en fait on dépend l'un de l'autre. Je sais, c'est bizarre comme façon de penser mais... mais c'est la mienne. Je m'examine dans le miroir et je me dis que je ressemble à une Déesse. A la Déesse Mère, à une Vénus... à la Vénus de Willendorf... et quand je dois me dessiner c'est sous ses traits, avec son corps... Son corps qui est aussi le mien... Et petit à petit, mon regard sur... moi. Oui, mon regard sur moi change et si je n'aime toujours pas mes kilos (tu l'aura compris!), je vis avec tout en tentant sournoisement de les flinguer (j'en reparlerais, c'est pas le sujet là). Je ne m'habille plus avec un sac poubelle noir et sans forme, je souligne ma taille, mes hanches et mes seins et finalement c'est pas si moche que ça... je mets des talons quand je peux (donc pas en ce moment, ma cheville est toujours en carton) et quand je peux pas, je porte mes docs et ça le fait bien même avec une jupe ou une robe droite (et ça j'aurais pas cru il y a quelques mois), mes cheveux flamboient, je mets du rose ou du orange sur mes yeux, des plumes dans mes ch'veux et j'aime ça. Quand on me croise, on ne voit plus une petite grosse d'1,59m qui si elle ne fait pas gaffe, rajoutera un jour un 3ème chiffre à son poids mais une femme un peu originale certes (franchement, qui se balade avec un manteau rose qui pète en plein hiver?) une qui a toujours un soupçon de sourire qui ne demande qu'à devenir un sourire... une femme de 50 ans qui en parait moins, qui ne porte plus le poids de la vie sur son dos... Bref, une femme sur le chemin de la guérison (mais ça, personne ne le sait... à part moi et tout le monde ici ;)

    Mon Corps est un Temple Sacré,
    Il est la Demeure de mon Âme,
    Le Sanctuaire de mes Pensées,
    Le Refuge Ultime de mon Etre.
    Béni soit ce Corps, Béni.

    Source inconnue... si tu la trouve, je te serais hyper méga reconnaissante, moi je l'ai vu passer sur FB avant hier

    « Bon beeeen.....Une peau de Doudouce, je vous dis.... »

  • Commentaires

    1
    Mercredi 19 Février 2014 à 16:54

    *** POMPOMMMM ***

    2
    Mercredi 19 Février 2014 à 18:19

    je viens de découvrir votre blog grâce à fesse de bouc lol et viens de trouver la suite de votre premier article via le même moyen de communication !


    et là je me retrouve totalement en vous !


    1m58, 90kg (enfin un peu moins depuis que je vais voir madame la diététicienne qui me coûte un bras), un bon 110F moqué très souvent par mes copines planches à pain qui rêveraient de pouvoir m'en piquer un bon morceau !


    j'adore vos articles et pensent sincèrement suivre votre blog !


    j'adore votre humour et la façon dont vous présentez vos kilos superflus (quoique certaines personnes aiment les grosses comme vous dites)


    bref j'adore !


    merci pour ce moment d'escapade qui fait prendre conscience aux autres, ou du moins je l'espère, qu'il n'y a pas que la minceur dans la vie !

    3
    Mercredi 19 Février 2014 à 18:51

    Rhi, Merci pour tes pom poms, ils m'encouragent... (je te vois au bord du terrain en mini jupettes, soquettes, pompoms à la main  )

    Lydie, merci beaucoup de votre commentaire  . Je ne fais pas que des 'ma vie de grosse" hein, je dévie souvent et parfois le blog reste en pause longtemps mais je vous accueille avec grand plaisir parmi mes quelques z'abonné(e)s!

    4
    cauquillette
    Mercredi 19 Février 2014 à 23:32
    Je pleure et je t'aime merci
    5
    Mercredi 26 Février 2014 à 23:37
    La marmotte dodue lit et approuve :-)
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :